Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 13:16

Bonjour à tous !

 

La triste nouvelle est tombée il y a quelques jours, notre "charmant" ministre de la culture, Frédéric Mitterrand, a décidé d'inscrire la corrida au patrimoine immatériel de la France.

 

Nouvelle sur BFM TV :

 

 

 

 

Il est vrai que nous sommes très fiers, nous les français, de promouvoir la torture et la mise à mort d'un animal pour le plaisir ....


Photo corrida


Pour information, d'après les sondages, 70 à 80% des français sont contre la corrida, alors ?

Faisons reculer Mitterrand et son concept "torture et mise à mort d'un être sensible = tian de courge" (classé au même titre, patrimoine immatériel de la France).


Autrement dit :

corrida8.jpg  = tian de courge 


 

Cet article sera divisé en deux parties :

- I) les dessous de la corrida 

- II) les actions simples que vous pouvez mener pour faire reculer le ministre

 

Pour commencer, je vous propose de regarder cette émouvante vidéo, un pur moment de tendresse entre un taureau destiné à la corrida, Fadjen, et son sauveur, elle est tout simplement magnifique ... 


 

 

 

Si vous voulez en savoir plus sur Fadjen, voir des vidéos, des photos, suivre ses aventures et aider Christophe, allez sur ce site :

http://www.sauvons-un-taureau-de-corrida.com/ link

 

I) Les dessous de la corrida 


Loin d’être le reflet d’un combat loyal entre l’homme et l’animal, la corrida est un simulacre de combat où l’homme se permet toutes les supercheries. Nous dénonçons dans cette mise en scène de la mort l’apologie de la violence et de la loi du plus fort sur le plus faible, d’autant plus néfaste qu’elle est accessible aux plus jeunes, sans limitation d’âge.

Le « pitch » de la corrida est connu d’avance et immuablement le même : tuer le taureau.

Le spectacle a beau mettre en scène des costumes aux couleurs flamboyantes, sources d’inspiration pour les plus grands couturiers, être mis en musique au son de la fanfare et rythmé des « bravo » et applaudissements du public, il n’en reste pas moins le spectacle de la mort. Une mort agonisante due à la torture d’hommes jouant avec la vie d’un animal qui n’a aucune chance de s’en sortir. Car il ne s’agit en aucun cas d’un combat : c’est la mort de l’animal qui est mise en scène.

 

Un jeu truqué

 

L’agonie commence bien avant l’entrée dans l’arène. Pour le taureau, la plus fatale étant « l’afeitado » ou l’amputation d’une partie de ses cornes qui modifie durablement son sens spatial. Les cornes sont au taureau ce que les moustaches sont au chat : elles l'aident à se repérer dans l'espace. 


Pour cette opération à vif, le taureau est enfermé dans un box étroit d’où ne sortent que ses cornes qui sont sciées de plusieurs centimètres pour donner une chance supplémentaire aux acteurs de la tuerie de ne pas être blessés.  Leur mutilation brutale brouille les repères et la coordination de l'animal. Cette opération ilégale, pratiquée clandestinement, provoque une intense souffrance puisque la partie innervée de la corne est mise à vif, elle est repoussée vers l’arrière ce qui est extrêmement douloureux. La corne est ensuite reconstituée en résine de synthèse. Le taureau ainsi « arrangé » ne sait plus ajuster sa position en fonction de la longueur de ses cornes et demeure plus sensible donc moins enclin à les utiliser...


Et ce n’est pas là la seule tricherie qui a pu être constatée lors d'investigations en caméra cachée. Une panoplie de tortures permet d’affaiblir le taureau avant son entrée en scène : usage de tranquillisants, d’hypnotisants et même de sprays paralysants, coton enfoncé dans les narines qui descend jusqu’à la gorge pour rendre la respiration difficile, sacs de 100 kg qu’on lâche sur les reins jusqu’à une trentaine de fois… 



Le tout après avoir supporté des conditions de transport inacceptables au cours duquel l’animal ne peut ni boire ni manger (il peut perdre jusqu’à 30kg lors de celui-ci). Une fois dans l’arène, la barbarie s’exprime avec force piques, banderilles et autres épées (cf. encadré) soutenue par les acclamations d’un public de moins en moins aficionado et de plus en plus voyeur, mu par le plaisir, malsain, que procure la souffrance et la mort.

 

Des taureaux sélectionnés

 

Tous les taureaux ne sont pas bons pour la corrida. Contrairement à ce que disent les aficionados, ce ne sont pas des bêtes féroces faites pour le combat. Et les toreros le savent. Un Picador a ainsi confié à un enquêteur : «  Féroces ? Non, bien sûr qu’ils ne le sont pas. Dans leurs pâtures, ils emmerdent personne, ils foncent sur personne. »

 Alors pour s’assurer de la qualité du spectacle et de la sécurité des toreros, les taureaux sont font l’objet d’une sélection génétique sévère… Le taureau doit être « brave » : cela veut dire agressif et donc qui charge au lieu de fuir. Le taureau doit être « noble » : il suivra la cape (muleta) plutôt que le torero et chargera droit, ce qui permet au torero de l’éviter. Il doit être « suave » : cela signifie qu’il doit baisser la tête sans donner de coup de cornes dans la cape ainsi, peu de risque de blessure… Or le comportement naturel des taureaux les incite au contraire à fuir et, quand ils n’ont pas le choix, à charger de manière imprévisible, en choisissant la bonne cible et en donnant des coups de cornes ! Mais pour les aficionados, ils sont alors considérés comme lâches (manso) et hués.

 

Le comportement détourné

 

Il est détenu dans l'obscurité afin d'être aveuglé en entrant dans l'arène. Quand il y rentre, le taureau est agressé de toute part. Très vite il y choisit une zone refuge ou querencia qu’il défendra de toute intrusion. Cette zone est en général le centre de la piste. Une fois identifiée, elle permet au matador de tourner le dos à l’animal en toute sécurité et de provoquer ses attaques ! Si le taureau reste près des barricades (ce qui n’arrange pas le matador), il est jugé couard…

 

Victimes collatérales : les chevaux

 

Le taureau n’attaque pas les chevaux. Pour qu'ils acceptent d'approcher les taureaux, les chevaux sont drogués, les yeux bandés et leurs oreilles bouchées par du papier mouillé. Leurs cordes vocales peuvent même être coupées pour que leurs cris n'incommodent pas le public lorsqu'ils sont encornés et se vident de leurs viscères. C’est le matador qui conduit le taureau près des picadors. Ils doivent exacerber son agressivité en le faisant souffrir mais surtout le blesser afin qu’il soit moins dangereux pour le matador. Le picador touche la moelle épinière et tente de couper les ligaments pour lui faire baisser le port de tête. Bien qu’interdit, sur ordre discret du matador, le picador peut aussi tourner le manche de la pique pour aggraver la blessure.

  

LA MORT MISE EN SCÈNE


Si la corrida est un spectacle, c’est à coup sûr celui de la mort. Les scènes jouées en trois actes par les toreros, picadors ou autres matadors ne visent qu’à faire souffrir et donner la mort à l’animal dans une pièce qui se déroule en 20 minutes. Démonstration :

Prélude
Une fois le taureau sorti du toril, les péones font courir le taureau en vue de l’essouffler, le désorienter, le fatiguer.

Acte 1 – Le tercio de pique ou le châtiment
Les picadors entrent en scène. Leur rôle : planter les puyas (longue pique) entre les 4e et 7e vertèbres dorsales coupant les muscles releveurs et extenseurs du cou et entre les 4e et 6e vertèbres cervicales pour sectionner les ligaments de la nuque. Le taureau ne peut plus relever la tête, le danger est pratiquement levé pour le matador.

Acte 2 – Le tercio de banderilles
Les banderilles remplacent les puyas. Longues piques terminées d’un harpon de 5 cm de long, le torero s’en sert pour faire évacuer le sang vers l’extérieur de façon à empêcher l’hémorragie interne et garder ainsi un taureau debout. Il en plantera 3 paires. Ces harpons, une fois enfoncés dans les chairs, vont se balancer à chaque mouvement de l'animal, provoquant ainsi de vives douleurs.

Acte 3 – Le tercio de la mort
Le matador porte la mort à la pointe de son épée plantée dans le garrot déjà meurtri par les piques et les banderilles. Dans l’estocade, un mauvais matador peut perforer un poumon ou faire ressortir l’épée par les flancs. Il doit parfois s’y reprendre à plusieurs reprises : il retire alors l’épée et la replante 3, 4, 5 voire 6 fois de suite. Si le taureau résiste, le matador pratique le « descabello », il plante l’épée entre les deux cornes pour lacérer le cerveau. Le coup de grâce étant donné par un péone à l’aide d’un poignard planté dans la nuque pour sectionner la moelle épinière. Les oreilles et la queue prélevées sur l’animal encore vivant sont alors remises au torero.

 

 

Souffrance incontestable

 

L’animal a beau être une force de la nature (environ 600 kg de masse musculaire) il n’en souffre pas moins. Sur ce point, les vétérinaires sont unanimes : les blessures sont telles que la souffrance de l’animal est incontestable. Il suffit de rappeler que le taureau est un mammifère au système nerveux similaire à celui d’un humain.

 

Des mises à mort

 

Pour les taureaux, la seule issue est la mort. Notre enquêteur a pu constater combien la pratique différait de la théorie même pour l’estocade finale. Plus un matador est « doué », plus la mise à mort est efficace et rapide. Mais le plus souvent, il doit s’y reprendre à plusieurs reprises. Parfois c’est le poumon qui est touché et l’animal étouffe ou vomit du sang et puis, souvent, il est encore vivant quand il quitte l’arène. Un aficionado interrogé par notre enquêteur se rappelle d’un taureau impossible à tuer. Il était toujours vivant après 6 coups d’épée, et plus de 10 coups de rapière… Il sera finalement «  terminé au fusil » dans les parcs. Face à un tel déchaînement de violence, un public conquis applaudit… Et en son sein des enfants dont nul ne semble mesurer la portée du traumatisme provoqué.

 

Pour la fin des corridas

 

À y regarder de près, la corrida est loin d’être le spectacle que les aficionados voudraient nous faire voir. Ni la musique, ni les costumes pourpres et dorés, ni la mise en scène au suspense absent ne suffisent à déguiser en divertissement ce qui se révèle être l’apologie de la cruauté et de la violence. D’autant plus, quand ce spectacle est accessible aux enfants, ce qui est le cas en France. Par ailleurs, il est difficilement acceptable que des subventions européennes bénéficient aux éleveurs taurins, faisant de l’ensemble des citoyens européens des « complices », sans le savoir, de ces spectacles barbares. 

 

« … Je les entends rire comme je râle, Je les vois danser comme je succombe, Je pensais pas qu'on puisse autant, S'amuser autour d'une tombe, Est-ce que ce monde est sérieux ?... »

Extrait de la chanson de Francis Cabrel « La Corrida » (Album Samedi soir sur la Terre)

 

explications recueillies grâce aux associations One Voice et Peta.

 

II) Les actions simples que vous pouvez mener pour faire reculer le ministre

 

Nous pouvons tous faire quelque chose, à notre échelle, pour tenter d'arrêter ces "meurtres festifs". (antinomique n'est-ce pas ?)

 

I) La première chose que je conseille est de téléphoner au ministère de la culture pour demander le retrait de la corrida au patrimoine culturel immatériel de la France, voici le numéro : 01 40 15 81 99  et aussi 01 40 15 81 39, 01 40 15 87 71 (je n'ai pas essayé les deux derniers).

 J'ai téléphoné ce matin, l'appel prends 1 minute à peine. La personne relève vos nom, prénom et numéro de téléphone. Les appels sont comptabilisés. Si vous tombez sur un répondeur, vous pouvez laisser vos coordonnées et le motif de votre appel.


II) Ensuite, vous pouvez signer les pétitions en cours directement sur internet. Ça ne prend que quelques minutes.

Les voici :

1) http://www.patrimoine-corrida.fr/petition 

lien : link

2) http://www.30millionsdamis.fr/agir-pour-les-animaux/petitions/signer-petition/pour-retirer-la-tauromachie-du-patrimoine-culturel-francais-24.html

link

3) http://www.unesco-anticorrida.com/ link

4) http://lapetition.be/en-ligne/petition-9771.html link

 

 

III) Vous pouvez écrire, envoyer des lettres, courriels et fax:

Des exemples de lettres : http://afleurdeplume.over-blog.com/article-tauromachie-non-72389538.html link


Informations communiquées par "patrimoine corrida":

Interpeller les décisionnaires

 

Vous pouvez écrire, très régulièrement et en continu, jusqu’à ce que nous obtenions satisfaction, à Frédéric Mitterrand , François Fillon et Nicolas Sarkozy. Mais aussi à l’UMP. À notre connaissance, les courriers postaux sont bien pris en compte, ils ne s’effacent pas d’un simple clic.

Adresses

Directeur général des patrimoines

M. Philippe Bélaval
secretariat.dgpat@culture.gouv.fr
Téléphone standard : 01 40 15 81 99

Directeur général des patrimoines (ministère de la culture et de la communication) chargé de définir, coordonner et évaluer la politique de l'État en matière d'architecture, d'archives, de musées, de patrimoine monumental et archéologique.


M. le Président de la République

55 rue du Faubourg-Saint-Honoré
75008 PARIS
(affranchissement gratuit pour le président)

Téléphone standard : 01 42 92 81 00
FAX : 01 47 42 24 65


Premier Ministre

M. François Fillon
Hôtel Matignon
Premier Ministre
57 rue de Varenne
75007 PARIS

Téléphone standard : 01 42 75 80 00
FAX : 01 45 44 15 72
Mail : premier-ministre@cab.pm.gouv.fr


Ministre de la Culture et de la Communication

M. Frédéric Mitterrand

3 rue de Valois
75033 PARIS CEDEX 01

Téléphone du secrétariat principal du ministre : 01 40 15 87 71
FAX : 01 40 15 85 40
Mail : sp.ministre@culture.gouv.fr

Écrire au travers de sites

Sites sur lesquels vous trouverez, si vous préférez, les formulaires pour écrire vos messages :
François Fillon : http://www.gouvernement.fr/premier-ministre/ecrire
Nicolas Sarkozy : http://www.elysee.fr/ecrire/
UMP
55, rue La Boétie
75008 Paris
(Le formulaire n’est pas opérationnel, d’où l’adresse, simplement)

 

 


IV) Les sites à visiter pour plus d'informations : 

- http://www.anticorrida.com/ link

- www.patrimoine-corrida.fr/ link

- http://www.allianceanticorrida.fr/ link

- http://www.30millionsdamis.fr link

- http://www.unesco-anticorrida.com/ link

- http://www.l214.com/lettres-infos/2011/04/26/ link

- http://www.one-voice.fr/fr/article/interdiction-de-la-corrida link (de nombreux articles à consulter)

- http://www.petafrance.com/entertainment-bullfighting.asp link

- http://www.flac-anticorrida.org/ link

- http://www.colbac.fr/ link

- http://www.bacmarseille.fr/ link

- http://www.sauvons-un-taureau-de-corrida.com/ link

 

Voilà, j'espère que vous serez touchés et révoltés vous aussi par la cruauté de cette "fierté nationale" et que vous aurez envie d'agir. De quelques minutes à quelques heures, vous pouvez vous aussi faire reculer le ministre et changer les choses.

Diffusez cet article à vos contacts, parlez leur de la situation, invitez les à agir à leur manière mais je vous en prie, ne restez pas dans l'indifférence.

 

 

BONUS :

dsk-midilibre-20050918.jpg
Y a pas à dire, les taureaux sont mauvais et le rouge les rend terriblement agressifs, preuve à l'appui dans cette vidéo :

 

A très bientôt :-)

 


Partager cet article

Repost 0
Published by la ménagère écolo - dans LA MÉNAGÈRE MILITE !
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de la-menagere-ecolo.over-blog.com
  • Le blog de la-menagere-ecolo.over-blog.com
  • : Le défi de la ménagère écolo ! 365 jours pour changer, et tout le reste pour s'améliorer ! Ce défi consistera à reconsidérer chaque geste du quotidien en se demandant si celui-ci est cohérent avec mes convictions écologiques et mon amour des animaux, ou s'il est simplement le fruit d'un automatisme mimétique. Je chercherai et proposerai donc des solutions alternatives plus respectueuses de l'environnement et de soi-même tout simplement. Venez me rejoindre !
  • Contact

Profil

  • la ménagère écolo
  • Je suis une simple citoyenne qui, en réalisant ENFIN quel est l'impact de ses gestes, a décidé de changer, d'agir et de consommer en toute conscience. Ce bouleversement dans mes habitudes est une vraie renaissance à la vie :-)
  • Je suis une simple citoyenne qui, en réalisant ENFIN quel est l'impact de ses gestes, a décidé de changer, d'agir et de consommer en toute conscience. Ce bouleversement dans mes habitudes est une vraie renaissance à la vie :-)

Ils ont besoin de nous, faisons un don !

Soutenir L214

 

 

 

 

 

 

Rechercher

Un peu de musique ?