Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 00:01

Salut les filles !

 

Aujourd'hui, je vous présente un petit livre très sympa qui nous propose 250 astuces beauté pour un éco style de vie ;-) 

 

petit-livre-vert-beaute-09

 

"Ce n'est pas parce qu'on choisit des produits et des soins de beauté totalement bio qu'il faut pour autant sacrifier son apparence ni renoncer à ses cosmétiques préférés.

 

Le Petit Livre Vert de la Beauté vous expliquera comment identifier les additifs toxiques présents dans vos produits, il vous fournira des indices sur les tests sur animaux et les questions éthiques qui sont au coeur du business de la beauté.

 

De l'art de lire les étiquettes pour éviter les substances toxiques aux statistiques sur les produits cancérigènes, sans oublier pourquoi vous devez prendre des déodorants sans aluminium, vous trouverez ici 250 astuces pour préserver à la fois votre beauté, votre bien-être et celle de la planète."

 

Soyons belles et bio ;-)

 


Repost 0
Published by la ménagère écolo - dans LA BIBLIOTHÈQUE DE LA MÉNAGÈRE
commenter cet article
26 novembre 2011 6 26 /11 /novembre /2011 00:01

Bonjour à tous !

 

Aujourd'hui, j'ai choisi de vous présenter un livre :

"Confessions d'une mangeuse de viande" de Marcela Iacub

 

confessionsdunemangeusedeviande.jpg

 

"Il y a quelques mois, un évènement tragique a complètement transformé l'idée que je me faisais de mon passé. Depuis, je sais que la seule chose digne d'intérêt qui me soit arrivée, c'est le fait d'avoir mangé de la viande."


Ce livre retrace le parcours de l'auteure (directrice de recherche au CNRS, juriste et écrivain) vers le végétarisme.

Je le conseillerai à un novice, car tout parcours est intéressant et peut amener à une certaine résonance en soi; mais pas à un vegan, beaucoup trop averti pour se contenter de la légèreté du propos et en serait même possiblement irrité.

Pour ma part, la partie du livre qui a (enfin) suscité mon intérêt traitait d'un autre ouvrage que je me suis empressée de commander et dont je vous parlerai très bientôt :-)

 

Bonne journée !

 


Repost 0
Published by la ménagère écolo - dans LA BIBLIOTHÈQUE DE LA MÉNAGÈRE
commenter cet article
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 23:34

Bonjour à tous !

 

En ce moment, je lis beaucoup et j'ai très envie de vous parler des livres qui me font avancer dans mes réflexions.

 

Voici "L'art de l'essentiel, jeter l'inutile et le superflu pour faire de l'espace en soi" de Dominique Loreau :

 

lartdelessentiel

 

Après "L'art de la simplicité" dont je vous parlerai bientôt, ce livre m'a permis de progresser vers le désemcombrement et la simplication de mes besoins au quotidien. Cet ouvrage dit "de bien être" propose (malgré lui ?) une progression spirituelle totalement écologique et en pratique, ça fait du bien ! On se sent bien plus léger quand on choisit de ne s'entourer que des choses qui nous sont essentielles, et vous verrez qu'après réflexion, elles sont rares.

Il m'est impossible de résumer ce livre tant les points abordés sont divers mais ce que je peux affirmer, c'est qu'il m'a fait un bien fou lorsque j'ai mis les propositions de l'auteure en pratique.

 

"Apprendre à vivre avec moins de biens et de revenus"

 

"Se délester du superflu, c'est aussi se délester de ses problèmes. Pour désemcombrer sa vie, jeter agit non seulement comme une véritable thérapie, mais encore comme une philosophie et un art. Un ouvrage indispensable pour ne plus souffrir de la confusion entre avoir et être."

 

 

Un conseil : lisez-le et surtout, appliquez !

 

A bientôt !

 


Repost 0
Published by la ménagère écolo - dans LA BIBLIOTHÈQUE DE LA MÉNAGÈRE
commenter cet article
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 21:49

"Juste parce que ces créatures sont plus faibles et plus petites que soi, comment une personne sensible et noble d'esprit peut-elle conclure qu'elle a le droit d'abuser de leur faiblesse et de leur petite taille ? Est-ce que les plus grands, les plus forts et les plus puissants ne devraient pas toujours protéger les créatures plus faibles au lieu de les tuer et de les persécuter ?"

 

Bonjour à tous, 

 

Aujourd'hui, je vous présente un ouvrage extraordinaire, "Un éternel Treblinka" de Charles Patterson.

 Si il ne devait y avoir qu'un livre, ce serait certainement celui-là.

 


livreuneterneltreblinkaGF.jpg

 

"La souffrance des animaux, leur sensibilité d'êtres vivants, est un des plus vieux tabous de l'homme. Dans ce livre iconoclaste, mais courageux et novateur, l'historien américain Charles Patterson s'intéresse au douloureux rapport entre l'homme et l'animal depuis la création du monde.

 

Il soutient la thèse selon laquelle l'oppression des animaux sert de modèle à toute forme d'oppression et la "bestialisation" de l'opprimé est une étape obligée sur le chemin de son anéantissement. Après avoir décrit l'adoption du travail à la chaîne dans les abattoirs de Chicago, il note que Henry Ford s'en inspira pour la fabrication de ses automobiles. Ce dernier, antisémite virulent et gos contributeur au parti nazi dans les années 30, fut même remercié par Hitler dans Mein Kampf. Quelques années plus tard, on devait retrouver cette organisation du "travail" dans les camps d'extermination nazis, où des méthodes étrangement similaires furent mises en oeuvre pour tétaniser les victimes, leur faire perdre leurs repères et découper en tâches simples et répétitives le meurtre de masse de façon à banaliser le geste des assassins.

 

Un tel rapprochement est lui-même tabou, étant entendu une fois pour toutes que la Shoah est unique. Pourtant, l'auteur yiddish et prix Nobel de littérature Isaac Bashevis Singer (qui a écrit, dans une nouvelle dont le titre de ce livre est tiré, "pour ces créatures, tous les humains sont des nazis") fut le premier à oser la comparaison entre le sort réservé aux animaux d'élevage et celui que les hommes ont fait subir à leurs semblables pendant la Shoah.

 

S'inspirant de son combat, Patterson dénonce la façon dont l'homme s'est imposé comme "l'espèce des seigneurs", s'arrogeant le droit d'exterminer ou de réduire en esclavage les autres espèces, et conclut son essai par un hommage aux défenseurs de la cause animale, dont Isaac Bashevis Singer lui-même."

 

"Le livre de Charles Patterson pèsera lourd pour redresser les torts terribles que les hommes, au fil de l'histoire, ont infligés aux animaux. Je vous incite vivement à le lire et à réfléchir à son important message."

Jane Goodall, primatologue

 

"Le défi moral posé par Un éternel Treblinka en fait un livre indispensable pour celui qui cherche à explorer la leçon universelle de la Shoah"

Maariv, journal israélien

 

Charles Patterson est docteur en histoire à l'Université Columbia, à New York. Il a écrit des ouvrages sur la Shoah et sur le mouvement des droits civiques aux États-Unis. Son livre Un éternel Treblinka a été traduit dans une dizaine de pays.

 

Ne passez pas à côté de ce livre extraordinaire !

 

"J'affirme que plus une créature est impuissante, plus elle a le droit à être protégée par l'homme de la cruauté de l'homme"

Gandhi.

 

 

 


Repost 0
Published by la ménagère écolo - dans LA BIBLIOTHÈQUE DE LA MÉNAGÈRE
commenter cet article
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 23:07

Bonjour à tous !

 

Aujourd'hui, je souhaite vous proposer la lecture d'un livre détonnant :

"Des souris et des salopes. De la misogynie en milieu animaliste" de Michelle Julien. 

 

dessouris.jpg

 

Ce livre a soulevé chez moi de nombreuses questions, qui, à mon grand étonnement, ne m'avaient pas encore effleuré l'esprit.

Si centrée sur le spécisme, j'avais fait abstraction d'un sexisme qui en d'autres circonstances, m'aurait sauté aux yeux et m'aurait révoltée !


Une petite définition pour les novices :

Spécisme = le spécisme (ou espécisme) est à l'espèce ce que le racisme est à la race, et ce que le sexisme est au sexe : une discrimination basée sur l'espèce, presque toujours en faveur des membres de l'espèce humaine (Homo sapiens). 

 Plus d'explications ici :

http://www.cahiers-antispecistes.org/spip.php?article42  (link)

 "l'antiracisme et l'antispécisme sont justifiés parce qu'un être sensible opprimé souffre et que la souffrance et le bonheur de tout être sensible, c'est-à-dire susceptible de souffrir ou d'être heureux, ont la même importance et doivent par conséquent être pris en compte avec un poids identique"

 

Voilà donc de quoi il s'agit (propos édités au dos du livre):

 

"La Société Protectrice des Animaux (SPA) revendique aujourd'hui près de 80000 adhérents. Ils étaient moins de 20000 en 2001.

La tendance est générale pour toutes les grandes associations de protection animale occidentales. Une majorité de femmes, dirigeantes, salariées, bénévoles et donatrices, alors que les théoriciens animalistes sont principalement masculins. Un discours qui se politise : les animaux sont nos égaux, il faut leur donner des droits, en calquant la "libération animale" sur celle des femmes.

 

Pourtant, la protection animale reste foncièrement ancrée dans une vision conservatrice et conformiste du rôle de la femme dans notre société : de la chair fraîche, bonne à servir de défouloir, marchandisée, autochosifiée, culpabilisée, victimisée .. Si les animalistes affirment l'égalité entre les humains et le reste des animaux, ils traitent la femme comme inférieure à l'homme et se complaisent à la "rabaisser" à la condition de l'animal.

 

Reproduire les stéréotypes misogynes véhiculés par les codes publicitaires, religieux, et pornographiques. Renforcer les inégalités entre les hommes et les femmes. Le sexisme n'est pas un problème, mais la solution pour médiatiser son organisation animaliste. Le cynisme économique a supplanté toute revendication progressiste. Les associations sont converties en agences d'autopromotion qui markettent la cause animale comme "n'importe quel produit".

 

À travers la façon de communiquer des associations, le discours des militants et des acteurs de cette cause, l'auteure a pris conscience d'une dérive vers toujours plus de stigmatisation et de violence contre les femmes. Phénomène sociétal ? À moins que la misogynie soit indissociable de la protection animale ...."

 

Bien que n'ayant pas été toujours en accord avec l'auteure, j'avoue que ce livre m'a longuement fait réfléchir et m'a permis de "rectifier" ma vision de la communication animaliste de certaines associations. Un voile s'est levé (encore un ^^ )

 

Je vous le conseille vivement :-)

 

A bientôt !

 

 


Repost 0
Published by la ménagère écolo - dans LA BIBLIOTHÈQUE DE LA MÉNAGÈRE
commenter cet article
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 16:17

Bonjour à tous !

 

Aujourd'hui, je souhaite vous proposer une lecture vraiment enrichissante et la découverte (pour ceux qui ne le connaissent pas encore) de l'agriculteur, écrivain et penseur : Pierre Rabhi.

 

"Vers la sobriété heureuse" : 


 

Pierrerabhi.jpg

 

 

Et comme d'habitude, n'ayant pas de don particulier pour ça, voici la copie du point de vue des éditeurs que vous trouverez au dos du livre :

 

"J'avais alors vingt ans, et la modernité m'est apparue comme une immense imposture".

"Pierre Rabhi a en effet vingt ans à la fin des années cinquante, lorsqu'il décide de se soustraire, par un retour à la terre, à la civilisation hors sol qu'ont largement commencé à dessiner sous ses yeux ce que l'on nommera plus tard les Trente Glorieuses.

Après avoir dans son enfance assisté en accéléré, dans le Sud algérien, au vertigineux basculement d'une pauvreté séculaire, mais laissant sa part à la vie, à une misère désespérante, il voit en France, aux champs comme à l'usine, l'homme s'aliéner au travail, à l'argent, invité à accepter une forme d'anéantissement personnel à seule fin que tourne la machine économique, point de dogme intangible.

L'économie ? Ce n'est plus depuis longtemps qu'une pseudo-économie qui, au lieu de gérer et répartir les ressources communes à l'humanité en déployant une vision à long terme, s'est contentée, dans sa recherhce de croissance illimitée, d'élever la prédation au rang de science. Le lien filial et viscéral avec la nature est rompu; elle n'est plus q'un gisement de ressources à exploiter - et à épuiser.

Au fil des expériences de vie qui émaillent ce récit s'est imposé à Pierre Rabhi une évidence : seul le choix de la modération de nos besoins et désirs, le choix d'une sobriété libératrice et volontairement consentie, permettra de rompre avec cet ordre anthropophage appelé "mondialisation". Ainsi pourrons-nous remettre l'humain et la nature au coeur de nos préoccupations, et redonner, enfin, au monde légèreté et saveur.

 

Agriculteur, expert en agroécologie, écrivain et penseur français d'origine algérienne, Pierre Rabhi est l'un des pionniers de l'agriculture biologique et l'inventeur du concept des Oasis en tous lieux."

 

 

Ce livre m'a passionné, il m'a montré tout un tas de nouvelles pistes de réflexion quant à nos modes de vie et notre rapport à la nature, à l'argent, aux autres ... J'ai découvert cet auteur et ses 14 autres livres (1ère publication en 1983) passeront, pour sûr, entre mes mains avides de connaissance ;-)

 

Vous le trouverez en bibliothèque, chez un ami, ou au prix de 15 euros en librairie.

 

Bonne lecture !

 


Repost 0
Published by la ménagère écolo - dans LA BIBLIOTHÈQUE DE LA MÉNAGÈRE
commenter cet article
4 août 2011 4 04 /08 /août /2011 15:49

Bonjour à tous !

 

Aujourd'hui, je vous propose d'investir d'un l'achat d'un livre :

"Les fruits de ma colère : Plaidoyer pour un monde paysan qu'on assassine"  de Pierre Priolet. 


J'ai choisi de le lire après avoir regardé un de ses passages à la télévision. Une intervention qui m'a littéralement bouleversée. 


 Ce livre, à la lecture très abordable, permet de comprendre qu'elle est la situation de nos agriculteurs aujourd'hui, en France. 


Le taux de suicide est plus élevé chez les agriculteurs que dans toute autre catégorie socio-professionnelle, pourquoi ?

 

Voici le descriptif que vous pouvez trouver au dos du livre :

 

"Un manifeste qui nous concerne tous"


"Pierre Priolet produit des fruits en Provence. Ses larmes en direct sur France Inter et dans plusieurs émissions de télévision ont bouleversé le pays. Chaque fois sa présence, sa colère, ses mots simples et justes ont déclenché une avalanche de courriers et d'appels. Il était temps : ils sont des milliers d'agriculteurs, pris comme lui à la gorge, à disparaître sans faire de bruit, dans l'indifférence.

 

Parce qu'il a les mots pour raconter les vergers à l'abandon, le paysage français qui se désertifie, l'humiliation quotidienne de paysans infantilisés par les subventions, le scandale de la grande distribution qui les étrangle, les pesticides autorisés en Espagne alors qu'en France, les agriculteurs sont traités de pollueurs, parce qu'il n'adhère à aucun syndicat et que sa parole est libre, Pierre Priolet est devenu en quelques mois le porte-voix d'un monde qu'on assassine. Passionné, il ne se contente pas de dénoncer, il se veut aussi l'instigateur d'un projet pour bâtir un nouveau système de distribution qui se passerait des aides, et il se bat pour l'idée d'une société où l'on consommerait plus juste.

 

Son livre est non seulement un appel au secours, mais encore une très efficace réflexion sur notre société et sur un système en bout de course."


 

pierrepriolet.jpg

 

Vous le trouverez dans toutes les librairies au prix de 16 euros.

A mon sens, chaque consommateur devrait avoir connaissance de la situation actuelle, pour mieux comprendre et surtout, mieux choisir.

N'oubliez pas que nous sommes tous des consom'acteurs et que nos choix ont un impact lourd sur le système économique et éthique.

 

Pour plus d'informations, rendez-vous sur le site "consommer juste ... et pas juste consommer" :

http://www.consommer-juste.fr/ (link)

 

Bonne lecture et à bientôt !

 



Repost 0
Published by la ménagère écolo - dans LA BIBLIOTHÈQUE DE LA MÉNAGÈRE
commenter cet article
14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 11:30

Bonjour à tous !

 

Voici le livre que je vous conseille aujourd'hui :

 

"Faut-il manger les animaux" de Jonathan Safran Foer (éditions de l'olivier)

 

Et comme je ne suis pas à l'aise en résumé, voici quelques extraits d'articles :

 

Le Monde :

 

"Jonathan Safran Foer dénonce la façon dont sont traitées les bêtes que nous mangeons. Adieu dinde, foie gras, saumon fumé ? Quelques jours seulement après les agapes de fin d'année, la lecture du dernier livre de Jonathan Safran Foer risque de provoquer des haut-le-coeur chez un certain nombre de lecteurs, y compris - et surtout - parmi ceux qui ne se sont jamais vraiment posé la question du végétarisme. Faut-il manger les animaux ? C'est à partir de cette question, simple en apparence et pourtant révolutionnaire, que l'écrivain américain s'est livré à un impressionnant travail d'enquête et de réflexion."

 

Neo-planete :

 

"C’est déjà un best-seller aux Etats-Unis ! Ce premier essai de Jonathan Safran Foer est un coup de maître. Les questions qu’il pose – et les réponses qu’il propose – sont universelles : pourquoi l’homme est-il carnivore ? Cet usage est-il moralement légitime ? Et surtout : comment traitons-nous les animaux que nous mangeons ?"

 

faut-il

 

Convoquant souvenirs d’enfance, données statistiques et arguments philosophiques, Jonathan Safran Foer interroge les croyances, les mythes et les traditions familiales et nationales existant à ce sujet, avant de se lancer lui-même dans une vaste enquête.

Entre une expédition clandestine dans une usine d’abattage industriel et un reportage sur un ranch où l’on pratique l’élevage traditionnel, une recherche sur les dangers du lisier et la visite d’une ferme où les dindes sont élevées en pleine nature, J.S. Foer explore tous les degrés de l’abomination, et les derniers vestiges d’une civilisation où l’animal était encore respecté.

Son constat ? « Manger de la viande pollue la planète, contribue à la dégradation climatique et à l’extension de la faim tout en ruinant nos santés, précise-t-il dans une interview au Point. La situation du poisson n’est pas moins préoccupante : les scientifiques disent que si l’on continue la pêche comme aujourd’hui, dans deux cent quarante ans il n’y aura plus de poissons sur cette planète. »

Avant d’ajouter pour expliquer comment on en est arrivé là : « Il n’y a plus de fermiers, mais des managers, des usines d’élevage, d’abattage, de découpe et de conditionnement dont les responsables n’ont plus aucune notion de ce qu’est un animal. Ils n’ont qu’une pensée : comment gagner plus en dépensant moins, et s’ils pensent que des animaux malades leur feront gagner plus que des animaux sains, ils le font. S’ils pensent que cela revient moins cher d’élever des animaux hors nature, à l’intérieur, sans voir le jour, ils le font. S’ils pensent qu’on peut les nourrir avec autre chose que de l’herbe et du fourrage, ce que jamais un fermier n’aurait pu penser il y a cinquante ans, ils le font et les nourrissent de maïs ou de tourteaux de soja, ou même de résidus animaux, faisant d’espèces herbivores des carnivores malgré elles. Savez-vous qu’un poulet dans la nature vit dix ans et celui que vous mangez au McDonald’s, quarante-cinq jours ? S’il vivait plus longtemps, ses pattes se casseraient sous son poids. »"  

 

L'article des Inrocks :

"Comment sont traités les animaux avant d'atterrir dans nos assiettes ? Comment sont-ils tués ? Arrivent-ils malades dans nos estomacs ? C'est à une plongée dans un enfer d'autant plus insoutenable qu'il est réel et auquel nous participons tous sans le savoir que nous invite l'écrivain américain Jonathan Safran Foer, 33 ans, connu pour ses romans Tout est illuminé(2002) et Extrêmement fort et incroyablement près (2005).

Son essai tient autant de l'enquête dans des fermes industrielles que de l'autobiographie via son rapport personnel à la nourriture. A la suite de longs mois de découvertes édifiantes pour écrire son livre, Foer est devenu végétarien. En refermant Faut-il manger les animaux ?, petite bombe politique, il se pourrait bien qu'il en soit de même pour nous. Impossible en tout cas de continuer à considérer son steak de la même façon."

L'article complet avec l'interview de l'écrivain, c'est ici : link.

 

Vous trouverez de nombreux écrits concernant ce livre sur le net, la grande majorité des médias en ont parlé.

 

Voilà, que vous soyez VG, omnivore, écolo ou tout simplement préoccupé par votre santé, ce livre vous en apprendra beaucoup sur ce qui se trouve dans votre assiette.

En effet, il est important de faire le lien, de ne pas oublier. Votre viande était un animal bien vivant, il a eu une vie avant de se retrouver là, oui, mais laquelle ? 

 

 

Bonne lecture ;-)

 

 


Repost 0
Published by la ménagère écolo - dans LA BIBLIOTHÈQUE DE LA MÉNAGÈRE
commenter cet article
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 13:00

Bonjour, 

 

Aujourd'hui, je souhaite vous parler d'un livre que je conseille vivement et que j'ai beaucoup aimé !

D'ailleurs, les premières pages m'ont donné le sentiment que quelqu'un parlait à ma place :-)


"Le cri de la carotte" de Sandrine Delorme aux éditions "Les points sur les i" : 

 

cri-carotte-delorme.jpg 

 

Au dos du livre :


[…] Je suis devenue végétarienne parce que j’ai compris ce qui se cachait de l'autre côté de mon assiette. Pour le veau, comme pour tout autre animal devenu viande. Je n’avais alors aucune idée des conséquences, ni de la longue évolution qui m’attendait, ni de brusquement devenir, simplement parce que je changeais mon alimentation, une sorte d’objecteur de conscience. […]

Les mouvements pour le végétarisme, pour le véganisme et pour les droits des animaux ne cessent de préoccuper les consciences collectives et s’invitent de plus en plus souvent dans les médias.

Sandrine Delorme, à travers un récit de vie, drôle, nourri par de nombreuses réflexions, répond avec brio à une foultitude de questions : qui sont les « VG » ? Pourquoi et comment devient-on végétarien, végétalien, végane, militant de la cause animale ? Quels liens avec le bio, l’écologie, la décroissance ? Pourquoi s’occuper d’animaux plutôt que des humains ? Et quid des végétaux ? Enfin, les animaux ne se mangent-ils pas entre eux ?...

« Le cri de la carotte » propose de s'orienter vers une réflexion commune pour la cause animale ; en effet, depuis quand un comportement ancré dans nos habitudes lui confère-t-il une légitimité ?
Aux omnivores, aux apprentis végétariens ou aux activistes des droits des animaux, cet ouvrage suggère de nombreuses pistes et aide chacun d’entre nous à élargir le champ de son humanité.

Préface de Jacques Boutault, maire du 2e arrondissement de Paris, où les cantines scolaires servent depuis janvier 2009 un repas végétarien hebdomadaire. Sandrine Delorme, outre son combat pour les animaux, est orthophoniste dans deux centres médico-psychologiques pour enfants du XVIIème arrondissement parisien. Elle est également l’auteure de deux recueils de nouvelles pour adultes, « N’aie jamais d’enfant » et « L’Entière Vérité », parus en mai 2010. (...)

 


 

Au delà de la réflexion, ce livre est également une mine d'informations pour tous ceux qui souhaitent en savoir plus, connaître les futurs rdv militants, les sites à consulter, les lectures pertinentes, les médias, bref ... l'accès à l'information (et à l'argumentation) est livrée sur un plateau :-) Et ça rend la démarche bien plus facile !!

 

Vous pouvez l'acheter sur le site de l'association L214 au prix de 15 euros ou directement sur le site de l'éditeur, qui, comme m'a précisé Sandrine, fait partie des éditeurs indépendants qui "prennent énormément de risques et ne roulent pas sur l'or". Il est vrai qu'il faut les encourager :-)

 

Le blog de l'auteur : a fleur de plume

 

Bonne lecture !

 

 


Repost 0
Published by la ménagère écolo - dans LA BIBLIOTHÈQUE DE LA MÉNAGÈRE
commenter cet article
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 19:31

Bonjour à tous, 

 

Voici un livre que je souhaite vivement vous conseiller, pour votre santé, pour la planète, pour les animaux, il vous ravira et vous donnera l'eau à la bouche :-)

 

sans-lait-sans-oeufs-cupillard.jpg

 

"Sans lait et sans oeufs" de Valérie Cupillard aux éditions "La plage, éditeur".

Prix de vente : 13 euros

 

Dans ce livre, vous trouverez de nombreuses recettes VG sucrées, salées, etc ... sans crème, ni lait, ni fromage, ni oeufs mais avec beaucoup de plaisiiiiiiiiir :-)

 

Bonne dégustation !

 


 

Repost 0
Published by la ménagère écolo - dans LA BIBLIOTHÈQUE DE LA MÉNAGÈRE
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de la-menagere-ecolo.over-blog.com
  • Le blog de la-menagere-ecolo.over-blog.com
  • : Le défi de la ménagère écolo ! 365 jours pour changer, et tout le reste pour s'améliorer ! Ce défi consistera à reconsidérer chaque geste du quotidien en se demandant si celui-ci est cohérent avec mes convictions écologiques et mon amour des animaux, ou s'il est simplement le fruit d'un automatisme mimétique. Je chercherai et proposerai donc des solutions alternatives plus respectueuses de l'environnement et de soi-même tout simplement. Venez me rejoindre !
  • Contact

Profil

  • la ménagère écolo
  • Je suis une simple citoyenne qui, en réalisant ENFIN quel est l'impact de ses gestes, a décidé de changer, d'agir et de consommer en toute conscience. Ce bouleversement dans mes habitudes est une vraie renaissance à la vie :-)
  • Je suis une simple citoyenne qui, en réalisant ENFIN quel est l'impact de ses gestes, a décidé de changer, d'agir et de consommer en toute conscience. Ce bouleversement dans mes habitudes est une vraie renaissance à la vie :-)

Ils ont besoin de nous, faisons un don !

Soutenir L214

 

 

 

 

 

 

Rechercher

Un peu de musique ?